Syndicat Viticole de Pessac-Léognan

La défense & la promotion de l’Appellation

Régénérer un vignoble

Comme le montre l’historique de cette région, les viticulteurs du terroir des Graves ont toujours eu à cœur la sauvegarde de leur patrimoine , et plus particulièrement au cours du dernier quart du XXe siècle lorsque l’urbanisation intensive est devenue abusive. La sauvegarde et la réhabilitation du vignoble exi­geaient une action commune, exemplaire.

S’appuyant sur les travaux du « Syndicat des Graves de Bordeaux », fondé en 1904, qui avait défini les limites historiques du vignoble et sur ceux du « Syndicat Viticole des Hautes Graves de Bordeaux », fondé, lui, en 1964, qui s’était donné pour mission de créer une appellation communale dans les graves de Bordeaux, qu’est né le Syndicat Viticole de Pessac-Léognan grâce à un groupe d’hommes particulièrement dynamiques soucieux definaliser les actions entreprises, de reconquête des sols et de reconnaissance du produit.

Dix communes regroupées pour la défense et l’illustration d’une appellation légitime.Légitimée enfin, en 1987, par l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) dans les limites exactes de celles du Syndicat de 1904 et par la publication, le 9 septembre de cette même année, du Décret d’application.

Gérer un patrimoine

Fort de cette reconnaissance officielle, le Syndicat Viticole de Pessac-Léognan a poursuivi et poursuit encore ses objectifs vitaux, à savoir : la représentation des producteurs ainsi que la défense des intérêts généraux et moraux de cette région et la promotion des vins de l’Appellation Pessac-Léognan en France et à l’étranger. Pour ce faire, deux crédos :

  • Reclassement en AOC de tous les sols aptes à porter des vignobles de haute qualité, initialement laissés de côté lors des délimitations précédentes car ne portant pas de vignes. Un tel reclassement permettra de protéger des terrains d’excellente valeur viticole qui, du fait de leur exceptionnelle nature géologique et de leur aptitude à produire de Grands Vins, font partie intégrante du patrimoine naturel de Pessac-Léognan. Il faut au passage attirer l’attention sur l’intransférabilité de tels terroirs.
  • Mise en œuvre de tous moyens propres à protéger l’intégrité du territoire viticole contre les dommages découlant de la poussée urbaine et industrielle sur des terroirs intransférables.

Ce combat exemplaire, mené par une cohésion rare dans un groupe humain, s’inscrit bien évidemment dans une optique réaliste de respect des complémentarités régionales, mais aussi de l’espace vital nécessaire à l’équilibre d’une économie viticole créatrice d’emplois, de richesses, de prospérité, et bénéfique à l’équilibre de la balance des comptes de la France. Il est de son siècle, de son temps.